Voyage à vélo : le top 10 des erreurs à ne pas faire

Voyage à vélo : le top 10 des erreurs à ne pas faire

On se souvient tous de son premier week-end à vélo. A l'époque, je n'y connaissais rien. J’étais parti avec un vélo à deux vitesses et un énorme sac à dos.  Trois jours de bonheur, trois jours de galère. J’avais passé le pire et le meilleur des week-ends à la fois.

Cela ne m'a pas dégouté, loin de là, mais quelques conseils n'auraient pas été de trop. Je devais bien au cyclo-randonneur novice que j'étais une petite réparation. Voici donc un top des conseils que j'aurai aimés avoir avant de partir.

Pour bien faire les choses, on a bossé ces conseils avec des gens qui s'y connaissent en bien-être cycliste. Il s'agit de Vivons Vélo, une des plus grosses communautés cyclos de France, fédérées par AG2R La Mondiale. Ils sont partenaires de toutes les Mad Jacques Vélo. On a fait appel à un de leurs experts, Quentin Lafargue. Le bonhomme est cycliste pro, champion du monde de km sur piste MAIS c'est aussi un grand fan de bikepacking. En clair, le type parfait pour établir la liste des dix erreurs à ne JAMAIS faire pour ne pas se dégoûter du vélo à tout jamais.

1. Partir avec un sac à dos

Partir en voyage à vélo avec un sac sur le dos, c’est un peu comme si tu partais faire le GR20 en chaussettes claquettes. Alors, oui, on sait qu'investir dans des sacoches de voyage, c’est un petit budget, mais franchement, on a fait le calcul et en deux à trois séances d’ostéo économisées, c’est rentabilisé.

Le tips de Quentin

Le sac à dos n’est vraiment pas la meilleure des solutions. Sur des courtes distances, c’est envisageable, mais il faut bien veiller à ce qu’il n’excède pas 10 % de ton poids. Dans tous les cas, tu perdras largement en confort par rapport aux sacoches et surtout, cela accélère la sudation et donc la déshydratation.

La ressource utile : un article bien foutu sur comment choisir sa bagagerie

@Alex Leroy

2. Prévoir des étapes sans tenir compte du dénivelé

Dans ta tête, ça se passe comme ça : "Bon alors, si je fais 10 km tous les jours pour aller au boulot, du coup 100 km, c’est comme aller 10 fois au bureau. Ça vaaaa. Je fais les 323 km du Tour du Mont-Blanc en trois jours, nickel."

Hop hop hop, je t’arrête tout de suite. Au moment de prévoir son itinéraire, il faut bien évidemment regarder les kilomètres que tu vas parcourir, mais aussi le dénivelé. Parce que quand ça grimpe, ça ne roule pas tout à fait aussi vite que sur la piste cyclable en bas de chez toi. 

Le tips de Quentin

"Le bon ratio, quand on commence à voyager à vélo sur plusieurs jours, est d’environ 1000 mètres de dénivelé positif pour 100 kilomètres de distance parcourue. Il ne faut pas non plus négliger la nature du terrain. On va beaucoup plus vite sur de l’asphalte que sur des chemins de terre !"

La ressource utile : la trace Komoot pour faire le Tour du Mont Blanc et ses 8 810 mètres de dénivelés en 8 jours plutôt qu'en 3...

@Alex Leroy

3. Mal régler ta position sur le vélo

Si tu veux partir en itinérance sur plusieurs jours, cela peut valoir le coup de passer du temps à bien régler ta position. Parce que pédaler avec les genoux dans les dents, ça peut le faire sur 3 km en Vélib, mais pas plus.

À part la hauteur de ta selle, dont le choix va décider de l’état de tes genoux à la fin de ton voyage, il est assez judicieux de te pencher sur deux-trois autres paramètres : recul et inclinaison de ta selle, longueur de ta potence, largeur de ton cintre...

Ce qu'en dit Quentin :

"Une mauvaise position sur le vélo va évidemment rogner sur le confort, mais aussi engendrer des blessures : cervicalgies, tendinites aux genoux et aux poignets… Des ajustements de quelques centimètres peuvent suffire !"

La ressource utile : Vivons Vélo t'a fait un petit récap. Ouf. 

Encore un qui n'a pas lu le récap de Vivons Vélo @Alex Leroy

4. Surestimer tes mollets et partir avec un vélo deux vitesses

Il n’y a rien de plus frustrant que d’arriver trempé et rouge comme une tomate au sommet d’une côte alors que tous tes potes, en haut depuis 5 minutes, sont frais comme des gardons et en mode "ouais hyper facile". Frustrant. De quoi bien se dégoûter et un coup à finir avec des genoux comme des patates (oui, on est très genoux-friendly ici).

Tu veux la solution ? Partir avec un vélo avec des rapports adaptés pour ne pas bourriner et pouvoir mouliner, AKA pédaler vite et sans forcer.

Le tips de Quentin

"Même si le vélo est un sport porté et relativement peu traumatisant, il faut veiller à ménager ses genoux, qui sont très sollicités. Pensez à bien mouliner et à ne pas trop forcer ! Pour ça rien de tel qu'un petit plateau à l'avant et une cassette suffisamment grande à l'arrière. "

La ressource utile : un autre article bien foutu de Vivons Vélo sur comment préserver tes genoux.

cette photo est une simulation TVB, on vous rassure @Alex Leroy

5. Y aller les mains dans les poches, sans kit de réparation

Si tu n’as pas envie de passer du statut de cyclotouriste à celui de touriste tout court, et finir ton voyage à pied, il va falloir prévoir un peu le coup. C’est du vécu. Crever sept fois dans une journée et ne croiser personne pendant 10 kilomètres, c’est possible, je te jure. J’en ai encore des ampoules aux pieds.

C’est rare que je te conseille d’alourdir tes sacoches, mais prend un kit de réparation. C’est juste VITAL.

Quentin en rajoute une couche

"Il faut être capable de gérer les petits soucis mécaniques de son vélo : une crevaison, une vis qui saute, une pédale qui se dévisse… À minima pensez à emporter un multi-tool, une chambre à air, des rustines, une pompe et quelques rislans."

La ressource utile : il y a plein de tutos simples sur les Internets pour réparer une crevaison. Nous, on aime bien les pages support de Décathlon. La plus utile pour commencer : enlever sa chambre à air et réparer une crevaison.

la rando-vélo quand tu n'as pas lu le tuto @Alex Leroy

Oops! ça n'a pas marché... Pourriez-vous réessayer ?

6. Traquenarder tes potes en mode "c’est une petite balade, tu verras"

Tu nous connais, on AIME les traquenards. Mais si tu veux que tes potes ne te lâchent pas au jour 1 de votre semaine de bikepacking, il faut clairement leur annoncer la couleur.

Il n’y a rien de mieux pour dégoûter quelqu’un que de lui faire croire que tu l'emmènes faire une "ptit’ balade de rien du tout" alors que tu as prévu de l’emmener rouler sur les pavés de Roubaix.

Quentin ne dit pas autre chose :

"Forcément, au début, il va y avoir des petites douleurs. Le corps va doucement s’adapter, le tout consiste à bien doser ses efforts et à ne pas trop dépasser ses limites ! En itinérance, le bon rythme pour commencer est de trois jours sur le vélo, un jour de repos. "

La ressource utile pour convaincre ton +1 de s'y mettre : une liste récap' des bienfaits du vélo sur...la libido

@Alex Leroy

7. Oublier de manger

Le vélo est une des pratiques sportives qui brûle le plus de calories. Tous les cyclos peuvent te parler avec émotion de LEUR plus grosse fringale. Le schéma est globalement toujours un peu le même : tout va bien, tu papotes gentiment sans penser à tes jambes, quand, tout d'un coup, tout devient flou, tu as l'impression d'être scotché à la route et chaque coup de pédale te paraît une montagne.

Bien manger et surtout boire régulièrement.

Le tips de Quentin :

"Sur un vélo, il faut prendre le réflexe de boire très régulièrement, toutes les 10 à 15 minutes environ. Quand on est en voyage, les cimetières dans les villages font des très bonnes stations de remplissage. Ils sont toujours ouverts et il y a systématiquement un robinet d'eau potable (pour arroser les fleurs des tombes). "

La ressource utile : pour creuser l'alimentation et des idées de menu, cet article est une bonne source d'inspi.

La pizza, ce glucide complexe sous-côté @Alex Leroy

8. Surestimer ton fessier

Soyons honnêtes, tu vas avoir mal aux fesses. Si tu as déjà lu notre top 10 des indispensables à vélo, tu sais que la crème NOK à base de beurre de karité est ton amie.

Mais quand bien même, ne pars pas sans un bon cuissard et prévois des jours de repos de temps en temps si tu pars en itinérance, histoire d'assurer tes arrières. 

Le tips de Quentin :

"Il faut veiller à choisir une selle adaptée à votre morphologie, qui va permettre de limiter au maximum les frottements. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce ne sont pas les selles les plus larges ou les plus molles qui vont être les plus confortables. L’idéal étant de réaliser une étude posturale chez un spécialiste."

La ressource utile : un article complet pour apprendre à bien choisir sa selle

Quand tu as oublié ton cuissard @Alex Leroy

9. Partir le nez au vent sans regarder la météo

À vélo, tu as beau te sentir comme le roi du monde, tu es vulnérable. Il suffit au vent de changer de direction pour que ta petite balade tranquille devienne un calvaire et fasse chuter ta moyenne de 17 à 10 km/h. Je ne parle même pas de la pluie, de la grêle et des orages, qui peuvent carrément te mettre à l’arrêt.

Ça peut paraître anecdotique, mais regarder la météo et planifier ton voyage en conséquence peut vraiment tout changer.

Le tips de Quentin :

"Parfois, il vaut mieux laisser passer une averse pendant une heure et repartir après plutôt que de pédaler sous la pluie et risquer une hypothermie. Idem en période de grosses chaleurs, il est préférable de rouler aux heures les plus fraîches de la journée."

La ressource utile : l'application de navigation Komoot dans sa version premium te permet de visualiser la météo en live sur ton trajet. Sinon la météo agricole et Windy, sont aussi de très bonnes sources d’info !

mood essuie-glace @Alex Leroy

10. Suivre ces conseils beaucoup trop à la lettre et ne jamais partir

Si tu penses que ton premier voyage à vélo sera un long fleuve tranquille, je t’arrête tout de suite. Tu vas suer et peut-être même un peu en baver. Mais au fond, c’est aussi un peu pour ça que tu es là non ? Et puis, de toute façon, il parait que le vélo rend heureux

"Le vélo doit rester un plaisir. La clé, c’est d’y aller progressivement et à l’envie. Il y a mille façons de pédaler, le tout est de trouver celle qui vous convient !"

Si c'est Quentin qui le dit.

@Josef Helie
Doux Jésus !

Vous en voulez encore ?

No items found.
CoursesRefugesÀ ProposPartenariatsBlogPresse
Une question ?
01 84 60 13 33jacques@madjacques.fr