Week-end cyclo : 10 bons plans dans le Perche

Week-end cyclo : 10 bons plans dans le Perche

A moins de deux heures de Paris, le Perche est comme une bouffée d’air frais aux mille trésors. On s’y régale les papilles autant que les mirettes, ce qui le fait rentrer illico presto dans le top 3 de ma liste “supers endroits où je dois absolument aller en week-end” (comment ça tu n’as pas encore cette liste sur ton application notes ?).

Avec la Véloscénie, on a voulu te filer un petit coup de pouce dans l’orga’ de ton séjour dans le Perche, parce qu’on est des gens cools tu vois. On n’est pas du genre à garder les bons plans pour nous, alors on fait tourner. Attention toutefois, tu risques fort de prendre goût à ce joyaux qu’est le Perche et de ne jamais en revenir. Tu ne pourras pas dire qu’on ne t’avait pas prévenu.

La Véloscénie, c'est une véloroute qui va de Paris au Mont Saint-Michel, soit 450 kilomètres. Entre pistes aménagées, voies vertes, petites routes balisées et chemins forestiers, ce parcours vélo t'emmène au cœur de la vallée de Chevreuse, du Perche et du bocage Normand.

Ce qu’on te propose c’est un condensé de paysages et de bonnes adresses avec un départ (ou arrivée) de Chartres jusqu’à Alençon. Et entre les deux, le Perche en point d’orgue. 150 km moitié petites routes champêtres, moitié voies vertes confortables ! Bref, un plan idéal pour emmener ton cousin en baptême de bikepacking !

Et si tu préfères vagabonder sur les petites routes, tu peux aussi prendre le train directement pour Nogent-le-Rotrou ou La Loupe.

C'est quoi le plan ?

Composte ton billet sans attendre, le Terroir Express partira dans quelques minutes voie D, direction le Perche. Au programme : de quoi t’en mettre plein la panse, de quoi passer du temps dans la nature et une petite cité de caractère qui te donnera envie de tout plaquer, c’est certain.

1. Chiller à Chartres en visitant la maison Picassiette et en allant profiter des guinguettes

Tu te souviens du petit village de Saint-Glinglin où tu allais en vacances tous les étés chez tes grands-parents quand tu étais petit ? Tu avais rarement envie de quitter tes potes pour aller là-bas et pourtant… pourtant tu en revenais toujours les yeux pétillants ! Mon petit doigt me dit que la fête du village n’y était pas pour rien. Mais si, tu sais, cette petite fête hyper conviviale, avec des guirlandes multicolores, une grosse sono et les fameuses barquettes de frites du comité des fêtes. Figure-toi qu’on a trouvé un moyen de te faire revivre à peu près les mêmes émotions.

Pour revivre les vacances de ton enfance

Avec Mamie, on commençait souvent la journée avec un peu de culture. A Chartres, au-delà de la cathédrale, on te propose d’aller faire un tour à la Maison Picassiette, un petit trésor caché d’art brut. Dans sa maison, Raymond Isidore (le propriétaire et artiste) a transformé chaque recoin en support artistique. Son jardin est même surnommé le “jardin de paradis” : ça doit bien vouloir dire quelque chose.

Après avoir admiré chaque détail de la demeure, enfourche ton vélo pour longer l’Eure et te rendre à la guinguette de Chartres, aka la version actuelle de la fête de Saint-Glinglin. C’est un endroit préservé et unique en plein cœur de la ville, avec un bar en plein air et des animations. Si le cœur t’en dit, tu peux même louer un pédalo ou un kayak (je parie que tu n’avais pas ça à Saint-Glinglin !).

Pour qui : pour ceux qui veulent découvrir Chartres en allant au-delà de l’incontournable cathédrale.ne nuit. De 3 à 8 copains.

Où c’est que c’est :

Les sous : Maison Picassiette, 9€ plein tarif, 4€ tarif réduit, gratuit pour les moins de 6 ans.

2. Découvrir Illiers-Combray à travers l’histoire de Marcel Proust

Top ! Je suis un petit gâteau traditionnel français aux œufs, en forme de coquillage, allongé ou rond. Je suis aussi un élément déclencheur qui fait remonter un souvenir d’enfance empreint de nostalgie. Je suis je suis… La madeleine (de Proust) !

Bon, on n’est pas là pour parler pâtisserie (rassure toi, tu pourras quand même trouver de délicieuses madeleines à Illiers-Combray), mais pour découvrir la ville qui a inspiré Marcel Proust pour l’écriture de ses romans. Peut-être que ça t’inspirera pour devenir le Proust des temps modernes (stp, ne m’oublie pas quand tu seras célèbre).

Pour aller à la recherche du temps perdu (tu l’as ?)

Pour te mettre en jambes, tu peux commencer par visiter le musée de Marcel Proust. Il est installé dans la maison de Tante Léonie (la tante de Marcel), la maison familiale dans laquelle Marcel Proust enfant venait passer ses vacances. La première partie du musée se concentre sur les œuvres (tableaux, photos, manuscrits, objets d’arts) et la vie de l’écrivain. La seconde partie quant à elle reconstitue deux pièces de la maison de Tante Léonie telles que l’auteur les a connues. Quatre années de travaux ont permis la réhabilitation et la restauration du musée : papiers peints, décors peints, menuiserie, plafonds…

Après t’être immergé dans la vie de Marcel, marche sur ses pas en partant à la découverte d’Illiers-Combray, la petite cité de caractère où il venait passer ses vacances quand il était enfant (rien à voir avec Saint-Glinglin, si tu veux mon avis).

Pour qui : pour tous ceux qui se sentent l’âme d’un écrivain (mais tous les autres aussi).

Où c’est que c’est : à Illiers-Combray, 28120.

Les sous : Maison de Tante Léonie, 9€ tarif plein, 7€ tarif réduit, gratuit pour les -18 ans.

3. Partir sur les traces de Stéphane Bern à Thiron-Gardais

Dans la vie, je ne fais confiance qu’à deux personnes : ma mère et Stéphane Bern. Ma mère pour des raisons évidentes. Stéphane Bern car c’est de lui que je tire 90% de mes connaissances terroir aujourd’hui. C’est d’ailleurs grâce à lui que j’ai découvert des coins stylés comme le Perche. Lui, tu vois, c’est un homme qui fait tourner les vrais bons plans. Pour ça, je lui suis éternellement reconnaissant.

Pour te croire dans Secrets d’Histoire

Thiron-Gardais est une commune de 980 habitants qui ne paye pas de mine comme ça et pourtant, elle abrite un ancien Collège Royal et Militaire racheté par monsieur Bern lui-même. Au-delà du musée qui retrace l’histoire du lieu, prends le temps de flâner dans le jardin qui rassemble pas moins 1600 espèces de fleurs et d’arbres. Quand on aime, on ne compte pas.

S’il te reste un peu de temps, passe faire un tour à l’abbaye, point central du village de Thiron-Gardais. Le petit plus : il y a plein de services liés au vélo dispos au domaine de l’abbaye (douches, box vélo, WC…) et ça on aime !

Pour qui : pour ceux qui ont poncé les 18 saisons de Secrets d’Histoire (et tous les autres aussi).

Où c’est que c’est : Thiron-Gardais, 28480.

Les sous : visite des jardins gratuite, visite de l’ancien collège entre 5 et 8€.

4. Goûter au terroir du Perche à la micro-brasserie la Baz

Une bonne façon de découvrir un territoire, c’est grâce à̶ ̶S̶t̶é̶p̶h̶a̶n̶e̶ ̶B̶e̶r̶n̶ à son patrimoine culturel et historique. Mais tu ne peux pas prétendre connaître un endroit sans avoir fait le tour de son patrimoine gustatif. Le terroir, y’a qu’ça d’vrai mon p’tit !

Pour acquérir les bases du Perche

Rendez-vous à la Baz, une micro-brasserie qui crée, teste et produit ses quelques 2400 litres de bière mensuels sur place. Brassage, fermentation, conditionnement et étiquetage : tout est fait sur place par Marie et Clément (son frère).

Avant de passer à la dégustation, tu peux même visiter la brasserie sur rendez-vous et tout comprendre sur le processus de fabrication du précieux nectar.

Pour qui : pour tous les adultes en quête d’un shot de terroir percheron.

Où c’est que c’est : 1 impasse de la Lagune, Arcisses 28400.

Les sous : cela va dépendre du nombre de bières que tu dégustes…

5. S’immerger dans le Perche, le vrai

Quand on pense au Perche, on pense vallons, on pense petites cités de caractère, on pense boudin… mais on pense aussi manoirs. Et alors il y a de quoi faire ! Autrefois, il y avait plus de 700 manoirs dans le Perche. Aujourd’hui, il n’en reste qu’une centaine et tu ne peux pas découvrir le Perche sans en découvrir quelques-uns. Ça tombe bien, je t’ai dégoté un super plan pour carrément dormir tout près de l'un d'eux.

Nota bene : ne t’avise pas d’appeler ça un château car ça n’est pas du tout la même chose !

Pour te plonger dans la vie d’un noble le temps d’une nuit

Le Manoir du bois Joly a été construit au début du 16° siècle. La bâtisse a traversé les décennies vaillamment et aujourd’hui, tu peux séjourner chez la famille Bélivier. Tu as même le choix entre plusieurs types d’hébergements : un gîte, des roulottes ou des cabanes de berger. C’est toi qui vois !

Laisse-toi emporter par le cadre reposant et la passion de Julien, le propriétaire des lieux.

Pour qui : pour tous, en solo ou à plusieurs, entre amis, en famille…

Où c’est que c’est : Le Bois Joly, Arcisses 28400.

Les sous : entre 50 et 130€ la nuit, selon l’hébergement que tu choisis.

On reste amis ?

Laisse ton mail pour recevoir des nouvelles (juste un peu) et connaitre avant tout le monde les dates de nos événements !

Yihaaaa, c'est dans la boîte !
Oops! ça n'a pas marché... Pourriez-vous réessayer ?

6. Séjourner chez un producteur de Safran

Quand j’étais enfant, je passais beaucoup de temps au jardin avec mon grand-père. Il passait des journées entières à planter des fleurs aux mille couleurs. Parmi elles, il y avait une espèce bien particulière qui revenait plus que les autres : les crocus. Le crocus est la fleur préférée de ma grand-mère, parce que c’est l’une des premières à s’épanouir au printemps. C’est signe du retour des beaux jours !

Figure-toi que j’ai appris lors d’un périple dans le Perche que c’est du crocus savitus que vient le safran. Safran et Perche, quel rapport ? Laisse-moi t’expliquer !

Pour un voyage express au Moyen-Orient

L’Iran est le premier producteur de safran au monde, avec plus de 90% de la récolte mondiale. Dans les 10% restants, il y a le safran du Perche. Rendez-vous à la Ferme de la Branchardière, chez Julien et Nathalie. Ils t’accueillent sur les 7,5 hectares dont ils sont les gardiens pour te partager leur passion pour le safran et pour la nature du Perche (chemin de balade, fleurs, et trognes accessibles sur leur domaines).

Tu peux même profiter d’une “oasis dans le Perche”, leur maison et table d’hôte, où tu pourras évidemment déguster des plats au safran (quoi d’autre ?) et de soins détente et bien-être.

Pour qui : pour tous, en couple, entre amis ou en famille.

Où c’est que c’est : La Branchardière, Rémalard-en-Perche 61110.

Les sous : entre 130 et 360€ pour l’hébergement.

7. Devenir expert en cidre et en calvados

Le terroir, c’est bien. Mais le terroir conté par des passionnés, c’est mieux.

Tu l’as bien compris je pense, pour moi la découverte d’un territoire passe aussi par l’apprentissage de son terroir et de ses paysages. Quelles sont les spécialités du coin ? Comment sont-elles faites ? D’où viennent-elles ? Comment les déguste-t-on ? Je veux TOUT savoir !

Au-delà de son fameux boudin, le Perche est entre autres connu pour son cidre. Les (bonnes) cidreries y sont monnaie courante. Tu ne pourras malheureusement pas toutes les visiter (quoique ?), mais je t’en ai dégoté une qui devrait particulièrement te plaire à deux pas de la Véloscénie !

Pour tout savoir sur le cidre, de la pomme au précieux nectar

À la maison Ferré, le cidre est une affaire de famille ! Le domaine est un lieu de travail et de vie où chacun a à cœur le partage et la transmission.

Une visite guidée d’une heure et demi t’immergera dans la culture de la pomme à cidre. À l’issue, tu pourras même profiter d’une initiation à la dégustation ! 

La maison Ferré est un véritable jardin d’Eden en plein cœur du Perche où tu ne regretteras pas de faire une halte. Tu peux me croire sur parole !

Pour qui : pour tous les amateurs de cidre et de Calvados (et même les enfants car il y a du jus de pomme !).

Où c’est que c’est : Maison Ferré, les Mares, Comblot 61400.

Les sous : visite guidée 7€ par adulte, forfait de 40€ pour un groupe inférieur à 6 personnes.

8. Changer de monture dans le berceau du percheron

Qu’est-ce qui est massif, lourd et à la musculature très développée ? Non, il ne s’agit pas de ton cousin Tibo qui va à la salle, mais bel et bien du cheval percheron.

Le percheron est sans conteste la race de cheval de trait française la plus connue et la plus exportée dans le monde. Le percheron mesure entre 1m68 et 1m85, il pèse entre 500kg et 1200kg.

Lors de ton prochain passage dans le Perche, prends le temps d’aller à la découverte de cette race emblématique lors d’une balade en attelage !

Pour te plonger dans le Perche du 19° siècle 

Il existe encore aujourd’hui dans le Perche des éleveurs de percherons passionnés qui ont à cœur de faire découvrir cette race au grand public.

Parmi eux, il y a Julien (aka “To Biguine”), qui t’expliquera pourquoi il met des chaussures au pied de ses percherons avant de t’emmener faire une balade en attelage dans la magnifique forêt de Bellême.

Il y a aussi Céline (ferme de l’Absoudière) qui te parlera de ses chevaux percherons avec lesquels elle participe à des concours et qui te contera l’histoire locale lors d’une balade en attelage.

Pour qui : pour tous, petits et grands (et même Tibo).

Où c’est que c’est :

Les sous : balade en attelage à la ferme de l’Absoudière à 20€ par adulte,10€ par enfant, 50€ par famille.

Bonus : le 15 août, c’est la fête du percheron, un événement à ne pas manquer !

9. Flâner dans les petites rues de Mortagne-au-Perche

Un de mes objectifs de vie, c’est de visiter les quelques 239 petites cités de caractère de France. Les petites cités de caractère sont des lieux baignés de culture et de patrimoine dans lesquels on a tendance à flâner pendant des heures et à s’imaginer une vie paisible entre les vieilles pierres.

Parmi elles, il y a Mortagne-au-Perche. Mon petit coup de cœur dans l’Orne, si tu veux tout savoir.

Pour découvrir l’ancienne capitale du comté du Perche

Construite à flanc de collines, la cité de Mortagne-au-Perche est aujourd’hui une destination incontournable pour qui veut découvrir le Perche. Son cœur abrite les traces architecturales encore bien visibles d’une ancienne ville close avec notamment la porte Saint-Denis. Tu peux encore cheminer le long de ses remparts, visiter une crypte et parcourir ses ruelles pavées. Le charme est garanti !

Pour qui : pour tous les amoureux des belles pierres.

Où c’est que c’est : à Mortagne-au-Perche.

Les sous : c’est gratuit ! Tu n’as qu’à suivre les clous au sol et à lire les plaques sur les différents édifices qui croiseront ton chemin.

10. Découvrir les secrets de la dentelles d’Alençon

L’un des souvenirs les plus impérissables que j’ai de la maison de ma grand-mère, ce sont tous ses napperons en dentelle. Ils habillaient les tables, buffets et autres dessertes. À l’époque, je ne les voyais que comme de vulgaires chiffons en ignorant qu’il s’agit en fait de tout un art.

À Alençon, dans l’Orne, il existe un point de dentelle bien particulier que tu dois absolument découvrir : le point d’Alençon. A la différence des napperons de ma grand-mère, la dentelle d'Alençon est réalisée à l'aiguille et nécessite 8 à 10 ans d'apprentissage, et autant de passion ! L'Atelier Conservatoire d'Alençon, unique centre de production au monde, dépend du Mobilier National.

Pour se piquer à l'art des dentelières

Le point d’Alençon est inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco depuis 2010. Pour te dire à quel point c’est stylé ! 

Les dentellières de l’Atelier conservatoire national de dentelle et de broderie d'Alençon te font découvrir les secrets de leur savoir-faire d’excellence trois après-midis par semaine pendant l’été.

Pour qui : tout public.

Où c’est que c’est : musée de la dentelle, Cour Carrée de la Dentelle, Alençon (61000).

Les sous : à partir de 3€.

11. Bonus : profiter de tous ces trésors à vélo

Te présenter 10 bons plans pour aller découvrir le Perche, c’est cool, mais le mieux dans tout ça, c’est qu’on a pris soin de sélectionner des pépites à proximité de la Véloscénie. Donc en gros, tu peux enfourcher ton biclou préféré, sauter dans un train direction le Perche (ou partir de Paris si tu as des gros mollets) et te faire un voyage turbo stylé à seulement 1h30 de la capitale.

Pour concocter ton itinéraire, rien de plus simple, rdv sur le site Internet de la Véloscénie !

Doux Jésus !

Vous en voulez encore ?

Voyage à vélo : les 10 erreurs à ne pas faire

...pour ne pas se dégoûter à tout jamais en un week-end.
Découvrir l'article

Comment ne jamais avoir d'ampoules en trek ?

Toutes les techniques de Marie, trekeuse de l'extrême, pour éviter les ampoules
Lire l'article
AventuresRefugesÀ ProposPartenariatsBlogPresse
Une question ?
01 84 60 13 33jacques@madjacques.fr